Mes essais déodorants naturels

Ola,

un article un peu « particulier » (au contraire de mes articles habituels), aujourd’hui je vous parle du FIRST WORLD PROBLEM : les odeurs de transpi. C’est glam.

tenor

Depuis la puberté, j’ai la chance d’avoir une transpiration assez dense (ci-mer Albert). Du coup, j’ai très vite consommé des anti-transpirants plein de sel d’aluminium achetés en pharmacies bien chers : mon préféré c’était le Roc Keops qui marchait du tonnerre.
Et puis, on s’est rendu compte que les sels d’aluminium c’était pas top top, enfin y’a pas de preuves précises, on ne peut rien affirmer mais quand même on le soupçonne d’être lié à différents cancers. En plus, s’interdire de transpirer c’est vraiment con: la transpiration c’est bien car ça permet d’évacuer les toxines et c’est naturel, rien de dégueu là-dedans, arrêtons de nous prendre la tête. Et si toi aussi tu aimes le sport (comme moi), tu te dis que la transpiration c’est la vie (haha).

Du coup, il y a environ 8 ans je commence le parcours « du combattant » (on est pas du tout dans l’exagération…) pour trouver un déodorant naturel qui fonctionne. Avec cette « grande expérience », je me suis dit que ça pourrait peut-être aider des personnes un article qui regroupe mes différentes expériences (enfin du moins mes souvenirs…).

En parallèle, je me débarrassais de tous mes cosméto puants de la salle de bain : exit les silicones, dimethicone et autres horreurs des shampoings, terminés les gels douche aussi efficaces que ton nettoyant carrelage (je rigole pas) avec lesquels tu as la peau qui crisse. Quand une youtubeuse vous dit, grâce à ça j’ai la peau hyper nettoyée et qu’elle a une sensation de crissement et trouve ça cool : STOP. La peau n’est pas faite pour être aussi propre que votre carrelage un jour de grand nettoyage, j’ai l’air agressif comme ça, mais vraiment. La peau est un organe délicat, qui doit disposer de bonnes bactéries pour bien fonctionner, la décaper (quand on a de la l’acné ou pas) ce n’est JAMAIS bon. Oui, malgré les conseils de votre dermatologue : la mienne par exemple quand je lui ai parlé de beurre de karité pur sur mon eczema m’a rigolé au nez et me conseillais des crèmes chimiques de type Nivea (ou Mustella…) sur une peau tellement atteinte (j’avais la peau ouverte à plusieurs endroits) que les produits chimiques pénétraient directement dans mon organisme. Allez checker leurs ingrédients grâce au site référencé en dessous, ça fait juste peur. Du coup, perso je suis juste en mode méfiance constante : ce n’est pas parce qu’une « entité supérieure » (façon de parler) vous dit que ça c’est meilleur que c’est forcément vrai (on parle ici de futilités bien sûr) donc toujours revérifier !

Pour checker la liste des ingrédients de tous mes cosmétiques j’utilise ce site : https://laveritesurlescosmetiques.com/recherche-inci.php
Je vous conseille de faire un tour dans votre salle de bain si vous avez un peu de temps devant vous…

  1.  La pierre d’alun :Premier déodorant naturel que j’ai testé, à l’époque c’était la « mode » sur internet, tout le monde en parlait.
    Bien que j’avais hyper envie de l’utiliser, chez moi ça marche pas, j’ai l’impression de ne rien mettre et après une journée de marche (mon quotidien) ça fait juste la meuf qui a décidé d’arrêter le déodorant (la transpiration c’est cool mais les odeurs j’aime pas).

Attention à bien faire la distinction entre les pierres synthétiques (ammonium alum) et pierres naturelles (potassium alum). Les synthétiques, si j’ai bien compris, auraient des résidus de sels d’aluminium et donc ben autant rester avec nos déodorants pas cool.

  • La découverte du magasin bio et les déodorants spray – boule :Alors ensuite, ma maman a fait une « transition » bio il y a environ 7 ans. Grosse découverte pour moi, le magasin bio : tout a l’air bon, on a envie de tout acheter. Évidemment, on découvre l’étendue du rayon cosmétique où tout donne envie.  J’ai commencé à tester plusieurs déo en spray/boule. Les deux derniers en date :
    Acorelle  et Logona

 

Le Logona Aloe Vera et Verveine : déjà il sent vraiment bon. Il fonctionne vraiment pas mal, mais pas assez efficace pour ma journée. Et puis il y a pas mal d’ingrédients dedans quand même. Sympa mais pas à 100% convaincue, néanmoins ma sœur l’adore et continue de l’utiliser. Niveau compo tout est ok d’après le site joint ci-dessus.

Acorelle efficacité longue tenue : ici il y a des « cristaux d’alun » dedans, il était vraiment efficace mais j’ai eu du mal à le retrouver par chez moi après la fermeture du magasin qui le vendait dans ma ville.  Encore une fois la liste des ingrédients est ok d’après le site La vérité sur les cosmétiques.

  • Les derniers test en date : les déodorants au bicarbonate en crème et autre.Le Clémence & Vivien : VEGAN et mention Slow cosmétique
    Petite déception pour cette marque qui a vraiment un très bel esprit. Le premier ingrédient étant le beurre de karité ça le rend vraiment très très agréable à mettre et pas du tout irritant (pour les personnes sensibles au bicarbonate et qui transpirent normalement je dirais que c’est parfait). Malheureusement, pas assez efficace sur moi alors que plein plein de gens l’adore.

Mon préféré : Pony Hütchen : VEGAN
Celui-là, je l’adore c’est de loin le plus efficace pour moi. Je l’ai découvert dans une jolie boutique appelé le Boudoir de Jeanne. Si le déodorant a une bonne composition, ce n’est pas le cas de tous les produits dans cette magnifique boutique même si elles ont d’autres marques super sympas. Néanmoins, si vous passez par Liège je vous recommande d’y faire un tour, les conseils sont justes géniaux en plus. La texture est plus « irritante », on sent qu’il y a plus de bicarbonate dedans mais rien à signaler niveau aisselles : pas de plaques ou ce genre de choses.

J’ai essayé le bestseller chez les youtubeuses « nature » et autres… : Schmidt’s
VEGAN
(Je vous ai mis le lien pour le commander facilement en Belgique, gratuit niveau frais de port si vous vous faites livrer dans une multipharma. Pour la France c’est beaucoup plus facile!)
J’ai pris l’odeur qui m’attirait le plus : Cèdre et Genévrier. C’est une odeur boisée que j’adore.
Résultat : je m’attendais à quelque chose de top top, j’ai acheté la version stick. Il fonctionne plutôt pas mal, mais j’ai quand même un doute pour la fin de journée, après c’est pas la catastrophe mais niveau efficacité on est en dessous du précédent.  Niveau compo on est ok. Son côté stick le rend plus facile à appliquer que le précédent mais je le trouve un peu plus irritant ! Il ne remplacera pas le Pony Huchten sur mon étagère

L’écologique : Fresh Up de Pachamamaï VEGAN
Il s’agit du seul déo solide que j’ai essayé (en dehors de la pierre d’alun et je crois d’une tentative lointaine chez Lush – loin d’être super clean cette marque). Son avantage : pas de déchet ! Mais perso, c’est un énorme désavantage à l’application : je ne comprends pas comment l’appliquer correctement, j’ai pourtant respecté les indications. Pour moi, c’est une véritable galère, je l’ai donc transmis à une tricopine en transition pour qu’elle l’essaie car plusieurs personnes en sont plutôt satisfaites. Malgré son côté zéro déchet, très attractif, je suis perso tout à fait dubitative.

 

Tous ces déodorants contiennent des huiles essentielles ! Certaines personnes ne peuvent pas en utiliser ( ex: femmes enceintes), d’autres y sont réactives (allergènes) n’hésitez pas à checker et faire bien attention.
Le bicarbonate peut être irritants pour certaines personnes.
La clé c’est de tester : n’hésitez pas à le passer à une copine si ça ne fonctionne pas, peut-être que pour elle ça fonctionnera. On est pas égaux devant les cosmeto.

Tous ces déodorants sont plus chers que des déodorants classiques du commerce mais personnellement je trouve qu’ils durent longtemps (plus longtemps). Je sais que ce n’est pas possible pour tout le monde de se le permettre, d’autres le peuvent mais ne le veulent pas. C’est une question de choix et de priorités dans le deuxième cas. Bref, tout ça pour dire que la santé a un coût, mais il existe des alternatives « DIY » : n’hésitez pas à chercher « faire son déodorant soi-même » des milliers de blog proposent des recettes qui, au final, seront un peu moins chères sur le long terme.
un exemple parmi d’autres : http://peau-neuve.fr/deodorant-stop-poils-diy/

J’espère que cet article était instructif pour vous et qu’il vous a donné des clés pour appréhender un peu le monde du déo naturel. N’hésitez pas à en recommander en commentaire, dites ce que vous pensez. Est-ce que cet article vous a intéressé ?
A bientôt!

Laura

Publicités

Emiliana de Lisa Hannes : point mosaïque

Coucou tout le monde,

Aujourd’hui, enfin un article sur un modèle tricot que j’affectionne et que je porte particulièrement, l’Emiliana de Lisa Hannes. Je l’ai eu terminé en juillet 2016, il y a plus d’un an déjà.

J’adore ce châle pour deux raisons :

  • il est hyper facile à porter et à assortir, à mon grand étonnement.
  • il a été réalisé avec des laines que j’adore dont l’une est un cadeau.

Justement, parlons des laines, il s’agit pour un écheveau de Lanitium ex Machina Glitter Socks et pour l’autre de Julie Asselin Fino.

La Lanitium ex Machina est teinte à la main par une teinturière finnoise, la qualité glitter sock est assez sèche et rêche, vous ne trouverez pas ici la douceur du merino hyper mou et moelleux. Néanmoins, la laine se tient très bien : elle n’a pour ainsi dire pas bougé du tout depuis plus d’un an (reçue en cadeau à Noël 2015). Bref, une très très bonne qualité pour une laine qui ne démange pas mais n’est pas un bain de douceur. Le coloris est Hadès, en vrai je l’appelle sans cesse ma laine « galaxie ». Un superbe cadeau ❤

Mon truc ?
La mélanger avec une laine qui cartonne niveau douceur : la Fino de Julie Asselin. Julie Asselin est, elle, une teinturière canadienne (c’est le châle du voyage), achetée au magasin Paprika Cotton Wool de Tournai (Belgique). Ici, on est sur une tout autre compo : 75% Merino / 15% Cachemire / 10% Soie comment dire ? Une tuerie de douceur !
Par contre, le cachemire bouloche très légèrement mais je ne l’ai jamais rasé et il reste très très bien : à vous de voir sur les photos qui vont suivre. Le coloris est Clair de lune.

Du coup le mélange des deux fils est juste parfait car la douceur de la laine Julie Asselin compense grandement la sécheresse de la laine Lanitium Ex Machina. J’ai refait ce type de mélange pour le Vortex Shawl, présenté dans l’article précédent.

Concernant le patron :

Le modèle est extrêmement simple : il faut connaître la maille endroit et savoir glisser des mailles (une facilité quasi extrême pour un effet wow auprès de vos ami-e-s qui ne tricotent pas!). Les explications de Lisa Hannes sont très bien faites, néanmoins le patron est en langue anglaise (ce qui ne devrait pas vous arrêter avec tous les lexiques existants : ça vous intéresse un recap lexiques dans un autre article?)
Le point mosaïque est un véritable jeu d’enfant une fois que vous usez d’un peu de concentration. Le seul « défaut » de ce point est qu’il n’est pas réversible, l’arrière est moins « joli » mais sincèrement très peu de gens le remarque.

Je vous laisse avec les photos prises par ma sœur dans un décor champêtre automnal (quelle originalité… haha)

dav

dav

 

IMG_20171015_172637.jpg

dav

Et enfin un petit zoom avec mes pins préférés :

dav

Informations tenue :

J’espère que cette série de photos vous a plu et pour plus d’informations n’hésitez pas à écrire un commentaire ou m’envoyer un message !

Laura.

Vortex Shawl : stuck in the brioche stitch

Ola,

Je vous reviens aujourd’hui pour un article complet sur le châle Vortex, un patron imaginé par Charlotte Bory.

J’ai craqué pour sa forme parfaite et pour le point brioche. Disons le platement, j’adore cette technique qui a un rendu hyper moelleux et qui est hyper addictive. Alors certes, il faut un peu se poser au début pour la maîtriser mais une fois que c’est fait les combinaisons sont incroyables. Je pense d’ailleurs qu’il s’agit de ma technique tricot préférée!

J’ai commencé ce châle lors d’un départ en vacances familiale vers la Normandie et plus précisément dans un magnifique gîte du Livarot. La maison était magnifique avec sa petite rivière passant en dessous de sa terrasse semi-fermée, juste magique.

Voici l’adresse du gîte, les propriétaires sont très soignés et très attentionnés : https://www.gites-de-france.com/location-vacances-Livarot-pays-d-auge-Gite-Au-Fil-De-L-eau-14G2749.html
Bref, mon châle me fera penser à ces quelques jours de vacances-travail (je faisais mes prépas de stage) en famille dans un lieu magnifique et ça c’est encore mieux!

Concernant la laine, ce projet est un peu spécial. En effet, tout est parti d’une laine qu’Imogene Big Bad Yarn m’a envoyé dans la cadre d’une forme de sponsor (Merci <3). J’ai champ libre pour vous en dire ce que j’en veux !
Résultat cette laine beige rosée avec des tâches un peu plus « brune » mais très peu marquée qui est en fait un essai pour sa couleur « Choco peach ». Il s’agit de la base Malouines qui est une base très très moelleuse, douce et un peu « peluchue » – il y a un léger halo autour du fil. Ce qui fait qu’elle fait assez « rapidement » des bouloches, je dois la raser une fois voir si elle va continuer et je reviendrai dessus dans un podcast (mais bon une laine qui bouloche c’est parfaitement normal et logique, sinon c’est inquiétant!).
Concernant les bouloches Imogene Big Bad Yarn vous explique tout sur son blog et pourquoi cette base a changée – cliquez ici.

Je voulais faire ressortir le côté « rosé » de la laine donc j’ai opté pour un écheveau violet de chez Lanitium Ex machina, comme tu le sais peut-être j’adore cette indiedyer. Il s’agit de la base « glitter sock », je l’ai achetée en coloris Tanzanite qui fait plus violet sur sa photo mais qui est plutôt indigo (je trouve), j’ai sélectionné la stellina dorée (rosé, doré, rose gold quoi haha). Pour celles et ceux qui ne le savent pas la Lanitium Ex Machina est une laine beaucoup plus rustique, elle ne gratte pas mais est plutôt rêche donc j’aime bien l’associer avec des laines beaucoup plus douces.

Pour la troisième couleur je voulais quelque chose de neutre et que j’avais déjà en stock surtout! J’ai donc opté pour de la Hedgehog Fibres skinny single coloris Cinder. Cette laine teinte en Ecosse n’est pas vraiment ma préférée, en tous cas en catégorie « single » (brin simple), je trouve la sock beaucoup plus agréable 🙂

Cela n’a pas du tout été dérangeant de varier les qualités de laine et dans la brioche l’effet est plutôt sympa! Enfin je vous laisse constater ça par vous même ! Voici quelques photos réalisées par mon amoureux dans un petit coin sympa de ma ville de cœur et de vie : Liège. Et ce dans une belle lumière d’Automne de fin d’après-midi.

 

Quelques photos portées que j’aime bien, les infos de ma tenue complète se trouvent en fin d’article :

dav

dav

dav

dav

Ma tenue ;

Chemise fleurie chinée en brocante

Jeans éthique Mud Jeans : http://www.mudjeans.eu/ la paire de jeans la plus confortable et qualitative que je connaisse! Ça vaut son prix (si on compare au Levis actuellement par exemple…)

Baskets Vagabonds achetées il y a deux ans, de super qualité elles n’ont pas bougées.

Veste Pull&Bear de la collection actuelle : https://www.pullandbear.com/be/femme/v%C3%AAtements/manteaux-et-blousons/blazers/blazer-fluide-c1030006502p500426507.html#802s03

Sac Paul & Joe Sisters ancienne collection

En espérant que cet article vous a plu!

A bientôt,
Laura

Autumn is coming : Saglionis Sweater de Marie-Amélie Designs

Bonjour à toutes et tous,

oui ça fait très TRES TROP longtemps, en vrai je ne prends JAMAIS le temps de prendre des photos de projets finis ou de m’asseoir et d’écrire.

Néanmoins, fin de l’hiver (2017…) j’ai été faire des photos avec une de mes meilleure pote, enfin j’ai « posé » pour cette dernière et le tout dans un projet créé par une tricopine c’est pas beau ça ?

Marie-Amélie est une tricoteuse et couturière parisienne, surnommée Maremelade sur la toile (son IG), l’année passée elle décide de se lancer dans l’aventure du design, pleine d’idées elle sort beaucoup de patrons, tous modernes et inspirés. Je vous laisse aller voir ses modèles sur Ravelry sous Marie-Amélie Designs.

J’ai eu l’occasion de tester pour elle un patron que je trouvais peu commun, un pull avec un graaaand col roulé : le Saglionis Sweater.

J’ai choisi pour le réaliser de la Cascade Yarn 220 dans un joli vert kaki, l’idéal pour les petits budgets qui veulent tricoter du 100% laine 🙂 La laine est assez rustique mais ne gratte pas selon moi (mais bon on est pas égaux devant la laine!). Je n’ai par contre aucune info sur le vieillissement de cette dernière car je ne l’ai pas assez portée. 6 écheveaux m’ont suffit pour en utiliser au final 5,5 en une taille 90 cm de tour de buste.

Mon échantillon ? Comme vous vous en doutez, mon échantillon n’était pas bon du tout! Marie-Amélie ne tricote pas du tout comme moi, mais plus serré. L’échantillonnage était donc hyper important, Marie-Amélie m’a directement aidé a choisir la bonne taille pour que le pull tombe pile poil.

Bon je vous laisse avec les photos prises par Emy ou Chibi tout court ! Elle a une chaine youtube de livres et un blog : Petits Bonheurs d’une Chibi.

IMG_1435_medium2
Un gros col roulé.
IMG_1431_medium2
Des petits détails.
IMG_1446_medium2
Une tenue hivernale complète.

IMG_1442_medium2

Un pull confortable, simple, parfait avec une paire de jeans noir et une paire de boots. Et puis, c’est bientôt l’automne, voire l’hiver et il tient chaud (n’oublions pas l’intérêt principal d’un pull!)

Ce patron est juste facile à suivre, il demande de l’attention sur la fin pour tricoter le col et le bout des manches. Et puis il y a de la brioche unicolore et j’adore le point brioche. Bref un bon défi pour celles qui veulent se lancer dans la brioche mais qui veulent se reposer sur le corps et les manches…

Je sens que je vais pas mal le porter cet hiver et puis cette couleur ❤

J’espère que l’article vous a plus, pour toutes questions vous pouvez me les poser en commentaires.

Bisou,
Laura

Bò Bún végétalien (protéines de soja déshydratées)

Ola,

je l’ai promis à pas mal de gens, j’ai fait les photos et j’ai jamais écrit l’article. Donc le voici, le voilà : ma « recette » de Bo Bun végétalien aux protéines de soja déshydratées (yeah baby). Traditionnellement ce plat serait préparé avec du bœuf…

Temps de préparation : avec une bonne organisation des cuissons en 25 minutes max tout peut être exécuté (et je suis large).

Temps pour se sustenter : 5 minutes (et je suis large – je rigole faut pas manger trop vite c’est mauvais…… haha)

Je n’indique pas le nombre de personnes car je ne pèse jamais rien… Je cuisine toujours trop afin d’en avoir le lendemain…

Ingrédients :

/! il y a pas mal de sauce soja dans cette recette, un conseil ne rajoute pas du sel en plus… je sale un peu l’eau des nouilles, mais peu.

Pour la sauce :

  • sauce soja
  • beurre de cacahuète (si tu ne veux pas acheter le sucré tu peux prendre la pâte de cacahuète en magasin bio – c’est cher mais si bon) et/ou Tahin (pâte de sésame)
  • de l’huile végétale (c’est toi qui choisi)
  • si tu veux corser le tout tu peux mettre un chouia (=un peu) de wasabi

dav

Pour tout le reste :

  • Des protéines de soja déshydratées : trouvables en magasin bio et VRAIMENT pas cher. Je prends les « grosses » mais il y a aussi plusieurs modèles.
  • un cube de bouillon de légumes vegan – tu peux aussi le faire toi même (/! certains essaient de vous piéger et mettent de la graisse animale dedans – TRAITRISE)
  • de l’ail coupé en petits dés (prends du frais c’est meilleur, j’te jure mais oublie pas d’enlever le germe – conseil pour ta digestion)
  • des champignons bruns (ou autre, ça doit tuer – les papilles – avec des girolles !) émincés
  • des carottes râpées grossièrement (ou si comme moi t’as la flemme : coupées en petits morceaux)
  • un concombre en fines tranches (prends le bio et tu gardes la peau <3)
  • des nouilles de riz (moi j’aime les épaisses)
  • des graines de chia si tu te la joue healthy ou/et de sésame pour faire joli

En vrai tu peux y mettre tout ce que tu veux : des fois je mets des noix concassées, des poivrons en fines lamelles. Il y aurait peut être même moyen d’en faire une version hivernale avec des choux et autres joyeusetés !

La « recette » :

  • Si tu veux optimiser ton temps, il FAUT commencer par les protéines de soja déshydratées : remplis un poêlon d’eau et mets y le bouillon de légume, tu vas porter ceci à ébullition, rajoute toutes les épices que tu aimes dans la vie (enfin…. peut-être pas toutes moi je mets un peu de gingembre et de piment) .
    Les protéines de soja ont très peu de goût, du coup ce dernier va être déterminé par ce que tu mets dans ton bouillon là maintenant tout de suite.
    Fais gaffe, les bouillons industriels sont salés, tu voudrais pas nous faire un arrêt en dégustant ton plat. Quand cela entre en ébullition, mets tes prot dedans et tu enclenches ton minuteur pour 15 minutes. Une fois ces 15 minutes écoulées tu égouttes et réserves. Comment savoir si elles sont bien cuites ? elles doivent être molles.
  • Tu lances tout de go la cuisson de tes nouilles de riz, après avoir fait bouillir et salé l’eau tu les jettes dans la casserole. Tu éteins le feu (ou le diminue au max), tu couvres (j’insiste) et tu regardes ta montre. En fonction de la marque c’est 3 à 5 minutes. Une fois que c’est fait, tu égouttes, passes les nouilles à l’eau très froide et tu réserves. Les nouilles peuvent coller entre elles mais ne t’inquiète pas elles vont se « séparer » avec la sauce.
  • Pendant ce temps précieux, tranches tout ce que tu dois trancher, éminces ce que tu dois émincer et coupes ce que tu dois couper : les légumes en gros.
  • Une fois que c’est fait, prends une petite poêle et cuis tes champignons et ton ail émincé. Je mets un peu d’huile de coco dans la poêle, j’y mets l’ail que je fais revenir puis les champi. Je déglace avec un peu de sauce soja et j’épice le tout (j’aime le goût du piment donc j’en mets un peu, y’a rien de pire de ne rien savoir goûter après avoir mis trop de piment).
    dav
  • Il est temps de faire la sauce : je prends une cuillère à café de beurre de cacahuète que je vais délier dans la sauce soja pour faire une texture un peu « crémeuse ». Parfois c’est difficile parce que ça fait des grumeaux mais il faut insister, ça fait la muscu. Je mets un peu de gingembre et du poivre.
  • Si tu aimes que ce soit un peu chaud/froid : prends ta poêle avec les champignons remets là à chauffer et ajoute tes protéines de soja déshydratées, fais « frétiller » le tout. Moi j’aime bien encore rajouter un peu de sirop d’agave pour les faire un peu caraméliser (sucré salé…).
  • Après tu as quasi fini, tout est joli et t’inspire le bonheur de bientôt pouvoir te nourrir ❤
    dav
  • T’as plus qu’à faire un joli bol  et d’y rajouter la sauce:

    dav

Bon appétit  et bonne journée.
Si jamais tu réalises la recette, n’hésite pas à partager une photo sur les réseaux sociaux ou me mettre un commentaire pour me dire si tu as kiffé.

TUYAUX :

  1. Ce plat peut être préparé à l’avance pour votre gamelle de midi 🙂
  2.  Les protéines de soja peuvent servir d’en un peu tout, tu peux aussi en mettre dans ta « bolo » si jamais tu ne veux plus manger de viande et que tu en as marre de la sauce tomate aux légumes. Il suffit de changer les épices que tu y mets pendant la cuisson.  Dessus tu peux même y mettre du parmesan végétal, ma nouvelle drogue (je n’exagère jamais). Voici la recette : http://www.etpourquoipascoline.fr/2016/09/assiette-automnale-vegane/
    Je n’y rajoute pas le sel perso.
  3. Pour celles et ceux qui aimeraient devenir végétalien, voir même vegan. Je vous conseilles ce blog : https://antigone21.com/
  4. Que répondre à un omnivore qui se permet de critiquer votre assiette « bouh t’as vu tout le soja que tu mets dedans tu te rends compte de la pollution qu’engendre la culture du soja?! »
    Une seule réponse : la majorité des gros élevages (et même des petits) nourrissent leur animaux avec de la farine de soja et autres céréales / farines animales. Et puis, ne juge pas mon assiette car je n’ai jamais le droit de juger la tienne (tout haut).

Bisou,

Laura.

Adieu 2016.

Bonjour,

je vous retrouve (enfin) aujourd’hui pour vous souhaiter une bonne année en 2017. Après l’année que nous venons de passer, c’est pas facile, on est d’accord.
Pour ce faire j’ai demandé à (vous?) mes abonné-e-s sur Instagram de me donner un mot qui qualifie leur année de 2016 et un mot avec lequel ils-elles aimeraient qualifier 2017.

Au cours de Tae Bo (sport que je pratique de manière intermittente mais que j’adore) c’est que notre professeure bien aimée nous a demander de faire cette excercice à la fin du cours. On les note et on en fait nos objectifs.

Même si j’aurais voulu recevoir plein d’objectifs positifs pour 2017 sous ma photo, ce n’était pas le cas, parce que la vie c’est pas facile et on affronte nos difficultés chacun-e à notre manière. Ce qui est difficile pour moi, ne l’est pas pour vous. Ce qui est facile pour vous ne l’est pas forcément pour moi. Et inversement.

C’est vrai que 2016 c’était un peu une année pourrie, notamment concernant : guerres, attentats (Istanbul ce matin…), politiques internationales, politiques nationales (montée de l’extrême droite ou de la droite « décomplexée » ou de la droite néo-libérale), droits de l’humain, droits des femmes, état d’urgence. Bref, pas un très beau tableau il faut bien le dire. Certain-e-s ont eu des problèmes de santé, ont perdu un proche, ont un proche malade. D’autres sont juste déprimé-e-s et ne voit plus aucune lumière autour d’eulles.

Je vais pas vous dire de voir 2016 comme une année avec ces (très) mauvais moments mais aussi des bons. C’est trop facile, comme j’ai dit plus haut on vit avec nos difficultés pas en les gommant d’un revers d’une soirée. Enfin, vous pouvez, mais c’est pas mon genre.
Néanmoins on peut accepter que 2016 c’était à la fois une année de merde et à la fois une année pas mal : rien n’est noir et blanc dans la vie, c’est souvent gris (bonjour, les phrases bateaux).

Du coup, hier je vous ai demandé de qualifier votre année 2016, maintenant c’est à moi : elle était angoissante, très angoissante (comme les 8 dernières qui viennent de passer d’ailleurs). En même temps il y a eu une réussite importante pour moi (l’investissement de 7 années) : mon diplôme. Et puis à nouveau de l’angoisse, parce que j’ai repris un an dans l’espoir de trouver un emploi. Puis de la déception : parce que je n’aime pas ces études. A côté j’ai eu ces moments : lever la tête et profiter du soleil qui caresse mon visage, j’ai essayé de profiter d’incroyables moments avec mon amoureux, j’ai vu mes ami-e-s commencez leurs vies après leurs études de manière positive ou moins positive mais c’est quand même cool. J’ai profité de ma famille à chaque occasion, il y a eu une belle naissance, une nouvelle génération. L’angoisse ne part pas, mais j’ai appris ce que je devais soigner.

tumblr_oittkcxbjf1sm41mbo1_500

Ce n’est pas parce que les choses vous paraissent difficiles et douloureuses maintenant que le futur ne sera pas différent. Vous êtes dans la bonne direction en faisant de votre mieux et cela finira par payer. (The Latest Kate)

Je vous souhaite le meilleur pour 2017, pour vous et pour le monde, mais 2017 ne sera PAS parfaite. Parce que la perfection n’existe pas et elle nous met une pression insurmontable. Je ne vous souhaite pas l’année la meilleure de votre vie, parce que j’espère que toutes les années de votre vie sont les meilleures, d’autres meilleures que certaines, mais les meilleures quand même. Car on fait ce que l’on peut pour la rendre meilleure à notre échelle.

Comment je qualifierai mon année 2017 ? Trouver une voie, être en accord avec moi même, m’aimer et aimer.

Je vais terminer par l’image d’une créatrice que j’adore, The Latest Kate.

tumblr_odtxfyyh6g1sm41mbo1_500

Vous n’avez pas besoin d’être si dur avec vous même, vous gérer [votre vie] de la meilleure manière que vous le pouvez.

A la prochaine,

Laura

[podcast] Episode No.13 : l’épisode malade (CSF+Cadeaux généreux)

Coucou,

me revoilà avec un épisode classique combiné à mon avis sur le CSF et le lancement d’un petit challenge.

Projets finis :

– Les Witch Socks : patron maison tricoté avec de la Super Tweed de Lang et une laine allemande dont j’ai totalement oublié le nom! J’ai « inventé » le patron et je repris des grilles de jacquard sur internet.

– Color Dipped Hat de Purl Soho (GRATUIT): laine Baby Wool de Schachenmayr

 

Encours :

-Sizzle Pop de Lesley Anne Robinson en Julie Asselin qualité Fino

– Be Kind de Veera Välimäki avec une combinaison de fils ITO : Shio (Sangria) et Niji (Shades of orange)

Lockhart Twisted stitch Mitts de Leila Raabe (pour Brooklyn Tweed) : en Lima de Drops coloris gris moyen.

Blueberry Waffle Socks de Sandy Turner (GRATUIT) : Laine Aventure de Plassard

Breathing Space de Veera Välimäki : en laine Eden Cottage Yarn Charcoal et Imogene Big Bad Wool.
Je vous présente aussi un « challenge » fin d’année spécial cadeaux  tout est expliqué sur mon groupe ravelry :

http://www.ravelry.com/discuss/podcast-tricot-belge-dutilisatrice42/3532833/1-25

N’oubliez pas d’utiliser le hashtag sur les réseaux : #cadeauxgenereux

J’espère que l’épisode vous a plu,

n’hésitez pas a commenter ou liker 🙂

Bisou,
Laura