Adieu 2016.

Bonjour,

je vous retrouve (enfin) aujourd’hui pour vous souhaiter une bonne année en 2017. Après l’année que nous venons de passer, c’est pas facile, on est d’accord.
Pour ce faire j’ai demandé à (vous?) mes abonné-e-s sur Instagram de me donner un mot qui qualifie leur année de 2016 et un mot avec lequel ils-elles aimeraient qualifier 2017.

Au cours de Tae Bo (sport que je pratique de manière intermittente mais que j’adore) c’est que notre professeure bien aimée nous a demander de faire cette excercice à la fin du cours. On les note et on en fait nos objectifs.

Même si j’aurais voulu recevoir plein d’objectifs positifs pour 2017 sous ma photo, ce n’était pas le cas, parce que la vie c’est pas facile et on affronte nos difficultés chacun-e à notre manière. Ce qui est difficile pour moi, ne l’est pas pour vous. Ce qui est facile pour vous ne l’est pas forcément pour moi. Et inversement.

C’est vrai que 2016 c’était un peu une année pourrie, notamment concernant : guerres, attentats (Istanbul ce matin…), politiques internationales, politiques nationales (montée de l’extrême droite ou de la droite « décomplexée » ou de la droite néo-libérale), droits de l’humain, droits des femmes, état d’urgence. Bref, pas un très beau tableau il faut bien le dire. Certain-e-s ont eu des problèmes de santé, ont perdu un proche, ont un proche malade. D’autres sont juste déprimé-e-s et ne voit plus aucune lumière autour d’eulles.

Je vais pas vous dire de voir 2016 comme une année avec ces (très) mauvais moments mais aussi des bons. C’est trop facile, comme j’ai dit plus haut on vit avec nos difficultés pas en les gommant d’un revers d’une soirée. Enfin, vous pouvez, mais c’est pas mon genre.
Néanmoins on peut accepter que 2016 c’était à la fois une année de merde et à la fois une année pas mal : rien n’est noir et blanc dans la vie, c’est souvent gris (bonjour, les phrases bateaux).

Du coup, hier je vous ai demandé de qualifier votre année 2016, maintenant c’est à moi : elle était angoissante, très angoissante (comme les 8 dernières qui viennent de passer d’ailleurs). En même temps il y a eu une réussite importante pour moi (l’investissement de 7 années) : mon diplôme. Et puis à nouveau de l’angoisse, parce que j’ai repris un an dans l’espoir de trouver un emploi. Puis de la déception : parce que je n’aime pas ces études. A côté j’ai eu ces moments : lever la tête et profiter du soleil qui caresse mon visage, j’ai essayé de profiter d’incroyables moments avec mon amoureux, j’ai vu mes ami-e-s commencez leurs vies après leurs études de manière positive ou moins positive mais c’est quand même cool. J’ai profité de ma famille à chaque occasion, il y a eu une belle naissance, une nouvelle génération. L’angoisse ne part pas, mais j’ai appris ce que je devais soigner.

tumblr_oittkcxbjf1sm41mbo1_500

Ce n’est pas parce que les choses vous paraissent difficiles et douloureuses maintenant que le futur ne sera pas différent. Vous êtes dans la bonne direction en faisant de votre mieux et cela finira par payer. (The Latest Kate)

Je vous souhaite le meilleur pour 2017, pour vous et pour le monde, mais 2017 ne sera PAS parfaite. Parce que la perfection n’existe pas et elle nous met une pression insurmontable. Je ne vous souhaite pas l’année la meilleure de votre vie, parce que j’espère que toutes les années de votre vie sont les meilleures, d’autres meilleures que certaines, mais les meilleures quand même. Car on fait ce que l’on peut pour la rendre meilleure à notre échelle.

Comment je qualifierai mon année 2017 ? Trouver une voie, être en accord avec moi même, m’aimer et aimer.

Je vais terminer par l’image d’une créatrice que j’adore, The Latest Kate.

tumblr_odtxfyyh6g1sm41mbo1_500

Vous n’avez pas besoin d’être si dur avec vous même, vous gérer [votre vie] de la meilleure manière que vous le pouvez.

A la prochaine,

Laura

Publicités