Le partage, internet et la communauté tricot.

Hello,

Je  ne vous reviens pas pour un article « projet fini » -j’aimerais bien mais je ne trouve pas de personne pour me photographier …. Je pensais écrire un article sur ce que le partage du tricot sur internet m’a apporté et mes bonnes adresses pour faire partie de la « communauté ».

Disclaimer : cet article est personnel, il ne dit pas ce que vous devez penser, ou devriez penser, je ne vous juge absolument pas! Chacun son avis, vous pouvez le partager avec respect en commentaire si vous le souhaitez 🙂

  • Une définition de « communauté tricot » ?

Je ne définis pas la communauté tricot comme tou-te-s ceulles qui tricotent. Une communauté est pour moi propre à chaque tricoteuse-eur, ce sont ceulles qui sont positifs autour de vous, ceulles qui aiment votre travail ou votre façon d’être. Non la communauté, en tout cas celle que je choisi, n’inclut pas les haters! C’est une définition particulière et adaptée mais c’est une définition positive et optimiste. Ce que j’essaie de construire autour de moi, même si ce n’est pas dans mon caractère (qui est plutôt pessimiste a la base!)

Vous n’entendrez donc jamais de ma bouche « la communauté tricot est pas si géniale que ça » parce que les gen-te-s irrespectueu-ses-x, mechant-e-s ne font juste pas partie de ma stratosphère !

c9ourry

Maintenant que ça c’est fait : parlons de partage … Ce qui me fait m’accrocher au tricot.

Vous n’êtes pas sans savoir, si vous me suivez, que je suis étudiante et je rédige présentement mon mémoire de fin d’études… Croyez moi ou pas, on s’y sent souvent seule, vous savez cette solitude qui vous poursuit et revient dès que vous êtes seule dans une pièce ?

Découvrir le partage dans cette communauté ça a enlevé du poids de cette solitude.

  • D’abord virtuellement :

1) les podcasts : une podcasteuse présente son travail créatif, un peu de sa vie. Elle parle souvent, longtemps, dans la majorité des cas minimum 30 minutes! 30 minutes de quelqu’une qui partage la même passion que vous : un univers, des laines, des patrons. Un instant de flottement, il vous tient compagnie en tricotant, en cuisinant.

Si vous voulez découvrir tous les podcast francophone il y a la compile d’Aglae Laser et le tableau de Doux Tricot ! N’hésitez pas c’est un travail génial et qui permet les découvertes…

Cliquez ici pour la compile!

2)  les tricothés virtuels :
Souvent le soir, il suffit d’un appareil avec une webcam (téléphone, ordi, tablette) et un compte gmail pour vous y connecter. C’est une initiative de MacriSerinde mais depuis tout le monde se l’est un peu réapproprié (et c’était bien son but!) C’est très sympa, souvent comique (parce que beaucoup de tricoteuses sont bien rigolotes!)
Pour cela vous trouverez les liens sur le groupe Ravelry « pour l’amour du fil et des podcasts » : Ici

3) Instagram :

Cette application permet tellement de partage entre nous, on peut « vite » y publier une jolie photo de notre en cours, demander de l’aider, des restes pour terminer votre tricot maudit pour lequel vous n’avez pas acheté assez de laine. A condition de bien s’y intégrer et s’intéresser a ce que les autres font. La clé c’est le partage, dans un sens comme dans l’autre!
J’ai moi-même eu une péripétie ! J’avais besoin de laine pour terminer le châle d’anniversaire de ma maman et j’ai publié une photo : avec chance une tricoteuse très sympa m’a répondu et m’a fait un colis expresse ! Ça a sauvé le cadeau de ma maman 🙂

  • Et dans « la vraie vie »?

Grâce à internet, on peut faire la connaissance de super personnes. Il faut « franchir le pas » de la rencontre, mordre un peu sur sa timidité. Et là on découvre de belles personnes (iels se reconnaîtront) 🙂

1) Les trico-thés
J’ai été à mon premier tricothé chez Hey Paulette et c’était génial : j’y ai rencontré plusieurs tricoteuses du nord de la France avec qui on a papoté plusieurs heures sur nos ouvrages et d’autres sujets !
Ensuite, j’ai continué à me déplacer : Tournai, Bailleul, Bruxelles. Au programme visite de boutique, tricot, papote et gourmandises. Le programme de rêve n’est-ce-pas ?
Depuis, c’est Julie de Keep Calm & Knit qui organise la majorité des tricothés auxquels je participent mais j’espère bientôt me rendre à Cambrai et chez Lily Neige – une micro filature bien connue dans notre petit monde

2) La laine et les artisan-e-s :

Faire partie d’un petit monde créatif c’est aussi découvrir des gen-te-s passionné-e-s ! Et c’est tellement génial, des gen-te-s qui vous connaissent / reconnaissent, vous conseillent et avec qui vous pouvez dialoguer… C’est ce qu’il y a de plus précieux 🙂

Alors pourquoi partager c’est important ?

Je ne pense pas que le partage est « obligatoire »- c’est à dire qu’on peut très bien tricoter dans son coin et aimer ça (cet article n’est pas là pour vous juger!)- mais moi il me plait, me motive et m’apporte énormément de choses.
Je trouve que dans un monde où on est souvent seul-e-s, où il y a peu de bienveillance, où l’irrespect sur internet est souvent devenu légion c’est important d’arriver à trouver des gen-te-s qui aiment partager dans la bonne humeur.
Alors des fois il y a des « coups de gueule », des gen-te-s qui ne s’apprécient pas, des échanges qui se passent mal – tout le monde ne peut pas s’aimer! Mais, j’aimerais tellement que le respect et la bienveillance persiste dans notre petite communauté…

tumblr_mz5n4z1gxd1t04zrao1_500

Et puis la seule chose qu’on ne partage pas :

tumblr_m22tzrwkqs1rqizqso1_250

Et vous ça vous apporte quoi le partage sur internet ou ailleurs ?

A bientôt,

Laura

PS : les résultats du concours on été donné sur internet et le colis envoyé ! C’était Charlotte Leroy sur IG qui a gagné, j’aimerais vous écrire bientôt un article qui recensent les plus beaux partages (selon moi) que j’ai reçu – même s’ils ont tous quelque chose d’intéressant…

Publicités

5 réflexions sur “Le partage, internet et la communauté tricot.

  1. Je pense que tu as sincèrement raison sur l’ensemble avec un point de vue assez lucide sur ce point « là communauté n’est pas si géniale que cela ». Effectivement, les gens qui ne nous conviennent pas pour une raison ou pour une autre, il faut les sortir de notre « bulle ». Néanmoins il faudroit être assez stupide pour se laisser à penser qu’une communauté quelqu’elle soit ne puisse être que joies merveilles etc ect. Non . La vie reste la vie, et les gens se qu’ils sont : les cons dans la vie sont également des cons sur internet, il nous faut simplement un peu plus de temps pour s’en apercevoir à travers un écran derrière lequel il est fort aisé de se cacher.

    Le partage et le tricot m’aura apporté de jolies découvertes en terme de créations (patrons, laines etc..) , en terme d’humain aussi. Tu le sais déjà : rien n’est plus important à mes yeux que les partage. Comme je l’écrit souvent « le savoir n’a d’importance que s’il est partagé ».
    Le partage est aussi pour moi, comme pour beaucoup je pense très émulateur.

    Aimé par 2 people

    1. Je suis d’accord avec toi 🙂 Il ne faut pas non plus être aveugle!
      C’est pour ça que j’ai essayé de dire plus ou moins ça dans ma conclusion qu’il y avait forcément des gen-te-s avec qui ce n’était pas l’entente. Et oui il y a toujours des gen-te-s qui se cachent dans la vie comme sur internet. Après pour moi la « communauté » peut-être évolutive et n’est pas forcément fixe.
      Après c’est assez conceptuel comme truc et en même temps pas vraiment rigide dans mon esprit !

      Aimé par 1 personne

  2. Un très joli article (merci au passage pour la citation).
    Je suis un peu comme toi dans le sens où je prends le meilleur d’une communauté et je fais abstraction du reste.
    Mais cela ne m’empêche pas de trouver la communauté tricot exceptionnelle. Je ne pratique le tricot « que » depuis 6 mois mais je fais du loisir créatif depuis très longtemps et suis présente sur le web depuis bientôt 10 ans.
    J’ai croisé des choses assez incroyables à ce niveau là.

    Personnellement, je ne suis pas encore totalement entrée dans la communauté (je ne participe pas aux concours, aux discussions ravelry, aux tricothés virtuels, etc) et je n’ai donc pas encore vu le mauvais côté de la communauté.

    J’espère pouvoir continuer d’explorer les choses et réussir un jour à totalement m’intégrer dans cette communauté qui me paraît, quand même, bien plus sympa que haineuse 🙂

    En attendant, je continue de partager mes trouvailles de débutante et mes apprentissages car, pour moi aussi, le partage est vraiment important !

    Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

  3. Très bon sujet d’article 🙂
    J’ai le même ressenti que toi concernant les podcasts : c’est un peu comme avoir une copine avec qui papoter de tricot, enfin ! (sauf que tu ne peux pas répondre, mais c’est pas grave parce que c’est cool quand même).
    Je trouve également que par rapport à d’autres communautés que j’ai pu connaître de plus ou moins loin sur internet, les gens sont effectivement bien plus bienveillants. Il y a parfois des petits coups de gueule ou des petits commentaires, mais ça reste toujours très politiquement correct.

    Love sur toi 🙂 😉

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai découvert la communauté tricot il y a peu… Mais j’avoue que je partage tout à fait ton point de vue : les partages et la bienveillance sont au RDV! C’est vrai que comme toute communauté il y a certainement des points plus… obscurs, mais je ne les connais pas et ne veut pas les connaître! Pour moi la communauté tricot et en particulier IG et ravelry m’ont apporté et m’apportent déjà beaucoup! J’aimerais beaucoup que ça continue…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s