[tricot] Vintage Prim d’Andrea Mowry

Coucou,

j’écris enfin cet article pour ce bonnet terminé depuis …. le 28 novembre 2015! Retard vous avez dit ?

J’ai réalisé ce bonnet dans le cadre d’un KAL organisé par La Pivoine Noire (oui encore elle, j’en parle beaucoup. Il faut dire qu’elle a souvent de super projets). Le but était de se lancer dans la technique du point brioche. Ce point m’a toujours intriguée car il est tricoté avec deux fils (bicolore ou pas) mais surtout est parfaitement réversible (peu importe le motif). Beaucoup de gen-te-s en parlent comme quelque chose de super complexe donc ça me flippait il faut bien le dire… Et puis tout le bonnet n’était pas en point brioche, il y avait une partie en point mousse pour « reposer son cerveau ».

Mais bon : un kal (c’était mon premier!), un bonnet qui me plaît (ce qui est vachement rare quand même), une designeuse – Andrea Mowry –  qui a un style * wouah *, une nouvelle technique et une possibilité de faire un bicolore aux couleurs de ma maison (Serpentard) qui sont des couleurs que j’adore porter – comme par hasard… – Je ne pouvais pas dire non ! J’ai signé !

La Pivoine Noire a été une super organisatrice : elle nous a fourni des vidéos explicatives, a organisé un tirage au sort en fin de parcours pour nous motiver, a créé un fil de discussion pour le projet sur Ravelry. Bref, il n’y avait aucune raison de ne pas parvenir à nos fins. Je crois que nous avons d’ailleurs tou-te-s réussi (?)

Ce projet c’était un peu celui des premières fois : mon premier projet avec mes aiguilles hiya hiya, mon premier kal, ma première commande de « vraies laines » sur internet.

La laine :
J’ai choisi la Holst Garn Supersoft en coloris Holly et Silver Grey.
Ce fil est vraiment…bizarre …. Il est très fin, rêche et « rustique », perso je trouve qu’il sent la bête (certaines personnes me disent le contraire, mais je reste convaincue). Vraiment pas super agréable à tricoter et puis une fois le projet fini, je l’ai mis au blocage.
La magie opère ! le fil gonfle (c’est vraiment vraiment impressionnant) et il s’adoucit légèrement : il ne gratte plus même s’il reste « rêche ». Il parait que plus on le lave mieux c’est… à voir.

Après, pour tricoter ce bonnet tout n’a pas « glissé » du premier coup. le tricot aussi a son lot de prise de tête. On confond les lignes du patron, on emmêle ses fils, on détricote, on recommence, on détricote, on recommence, on met un fil de survie.
On détricote, on recommence… Ca y’est ! c’est la bonne et puis tout « roule » jusqu’au bout.

Finalement, ça m’a tellement plu que je réitère l’expérience pour ma meilleure amie aux couleurs de Serdaigle (couleurs du film : gris et bleu).

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’en tricot : il ne faut pas avoir peur d’échouer. Je n’aime pas ce dernier terme donc on va dire « apprendre ». Apprendre c’est ça aussi, c’est recommencer pour mieux faire. C’est comme à l’école (je ne parle pas ici du redoublement), chacun devrait pouvoir avoir son rythme, sa manière d’apprendre : pour moi c’est quelque chose qui s’est quasi perdu dans nos systèmes scolaires (en tout cas en Belgique) : on ne veut plus apprendre, on veut faire des performances. J’ai décidé d’arrêter et je crois que le tricot m’y a aidé (bon aussi un peu mes petites erreurs scolaires).  Certes ça ne convient pas à notre société de production de penser de cette manière, et je suis en décalage face à ça mais je crois que c’est ce qui fait de nous des humains = pouvoir penser différemment.

Bon je vous laisse avec ces réflexions de bisounours (après tout c’est un blog, non ?) et je vous montre les photos que ma meilleure amie, Lise, a prises pour moi.
Les photos ont été prises à la gare des Guillemins à Liège.

IMG_0669
Je fouille dans mon sac lalala
IMG_0672
Bonnet de lutin 😀
IMG_0673
Gilet : Sud Express (-70%) – Sac : Paul & Joe Sister (-50%) – Vieille ceinture de ma maman que je lui ai volée – bottines Exit

Voilà, je suis toujours aussi timide sur les photos. C’est pas trop mon fort mais je crois que je vais m’améliorer (oui, j’y crois encore haha).
J’espère que cet article vous a plu, dites-moi ça en commentaire!

Bisou,

Capture d’écran 2016-01-31 à 13.35.21
Interhouse friendship – volée sur l’Instagram de Lise

Laura

[tricot] Podcast – épisode n°4

Coucou,

Me revoilà dans un nouvel épisode de podcast, l’épisode No.4. Alors désolée pour la qualité du son, j’ai l’impression que c’est moins bien que d’habitude (?)

J’espère que cela vous plaira quand même et que vous passerez un bon moment.
Ce mois-ci on parle de mise au point niveau tricot et aussi de « couture » enfin entendez de tissus et projets.

Menu :

  • Tricot :
    Ouvrages terminés :

1. Baseball Jacket de Debbie Bliss en Rico Design pour le beige rosé et le « renard » essentials merino dk extrafine et superwash! et en Bergère de France Caline –  coloris Amiral
2. Moufles Maize de Tin Can Knits (idée copiée sur lolofrisette et son Maille podcast) en Rico Design coloris moutarde

En cours :

1. Open Sky d’Andrea Mowry : dans le cadre d’un KAL que j’organise – mon article sur le blog à ce propos ! /! vous pouvez toujours participer jusqu’au 13/02 pour le tirage au sort
2. Aibrean de Isabelle Kraemer en Rico design soft merino – que je vais détricoter pour mieux recommencer
3. Toujours mes chaussettes dans patron en Regia Harmony……

A venir :

Seule certitude le Samare de Cailliau Berangère en Triade de Cheval Blanc coloris Biche.

Mais quand ?

A bientôt,

Laura

Bonne année 2016

Bonjour,

Aujourd’hui je ne vous parlerai pas de couture, je ne vous parlerai pas de tricot (mais un peu quand même).
J’écris cet article, qui normalement sera court, pour vous souhaiter une superbe année 2016! J’espère qu’elle sera pleine d’amour, de partage et de conscientisation.
Cet article sera plus « personnel », il y a un peu de « confidence ». Si cela ne vous intéresse pas je comprendrai parfaitement et mes vœux sont écrit en gras à la fin.

Je ne suis pas une adoratrice des résolutions, tout simplement parce que quand je me fixe des limites, des objectifs trop précis, des horaires je ne les respecte pas.
Mais je crois qu’il faut des idéaux, je pense qu’actuellement dans notre société, nous devrions être idéalistes. Notre monde la terre n’a pas besoin d’objectifs elle a besoin d’idéaux. De réfléchir, de comprendre ce que nous pouvons/devons faire pour nous/la sauver.

Je sais qu’avec la cop21 on en a beaucoup entendu parler. Pour se préserver il faut trouver une autre manière de consommer ! Nous ne sommes pas perdu, partout dans le monde il y a des communautés qui veulent tout changer et se battent pour ça (je vous invite à regarder le documentaire/ou lire le livre de Naomi Klein « tout peut changer » qui est réellement positif).
Tricoter et coudre c’est une « autre » consommation, certes nous consommons des matériaux et cela ne nous empêche pas de consommer « normalement » en dehors de notre activité. Mais, nous comprenons la valeur des objets que nous produisons. Coudre cela prend du temps, tricoter encore plus. Nous comprenons la valeur de la main d’œuvre via nos heures passées devant nos ouvrages, nous comprenons le prix du matériel quand on observe nos artisan-e-s préféré-e-s créer nos laines dans le respect des animaux et l’amour de créer quelque chose d’original et qualitatif. Du temps investis par les « teigneuses » de laine. Comprendre sa consommation et en peser le poids, c’est pour moi un premier pas indissociable vers le changement!

Alors mon idéal, pas forcément pour 2016, peut être à plus long terme c’est de s’engager.
Pas forcément pour le climat, mais pour quelque chose. Un idéal auquel je crois, avec des gen-te-s  (ou sans). L’évolution ne se fait pas qu’avec des grands évènements par des personnes « importantes ».

Dans le cadre de mon mémoire, j’étudie un petit groupe de femmes membre d’un parti politique wallon régionaliste des années 70. Ce groupe de femmes bien qu’étant membre de ce parti va s’engager pour « l’émancipation des femmes ».  Elles ne vont pas accomplir des manifestations incroyables, elles ne vont pas soulever les foules, elles n’auront pas de « victoires ». Certaines étaient des féministes affirmées et « accomplies » d’autres refusaient ce qualificatif et se qualifiaient de « modérées ». Mais à leur échelle : elles ont distribués des questionnaires concernant le travail des mères de famille, organisés des séances d’informations pour les femmes de leur parti, se sont rassemblées pour créer des tracts à distribuer concernant la légalisation de l’IVG, ont essayé de sensibiliser les hommes de leur parti et on pousser pour mettre des femmes en positions utiles sur des listes électorales. Ce n’est pas « grand chose » en terme d’histoire du/des féminismes. Mais l’important ce ne sont pas seulement les grandes choses mais AUSSI les réseaux, les petites mains, ceulles qui ont changé 3 personnes autour d’eulles.

Alors cette année ou l’année prochaine ou l’année d’après : j’aimerais m’engager (et bien sur tricoter des chaussettes).

On peut s’engager partout, on peut s’engager soit même. Mais je dois m’engager et de manière responsable. J’ai cette fâcheuse tendance à ne jamais terminer ce que je commence. Comme si j’avais peur de finir quelque chose.

Désolée pour cet article personnel qui j’en conviens n’intéressera pas forcément mes lectrice-eur-s. Et désolée pour le ton « bisounours » 😀

Je vous souhaite vraiment tous l’amour possible et la meilleure santé pour l’année à venir. Des familles et/ou ami-e-s aimant-e-s c’est l’important, le bon vivre en société et partager partager partager.

Je vous retrouve bientôt pour d’autres articles, d’autres podcasts et d’autres aventures !

Que du love en 2016 !

giphy
Un câlin qui me ressemble – un peu awkward – mais un câlin quand même.

A bientôt,
Laura.